Noviscore
Partition piano à imprimer
 
Noviblog

Un nouvel album à presque 104 ans

À l’occasion du centième anniversaire de la disparition de Claude Debussy, Colette Maze sort à 103 ans révolus, un quatrième album piano dédié à son pianiste préféré…

Article publié le 15 mai 2018

Colette Maze, pianiste-née

Colette Maze joue du piano depuis près d’un siècle ! Et c’est encouragée par son fils, le réalisateur Fabrice Maze, qu’elle vient d’enregistrer un nouvel opus sobrement baptisé « 104 ans de piano ». 
Issue de la haute bourgeoisie parisienne, Colette est née le 16 juin 1914, à l’aube de la Première Guerre mondiale. Elle goûte très tôt aux joies de la belle musique sur le piano de l’appartement familiale et n’a que 4 ans lorsqu’elle s’amuse à reproduire avec un doigt les mélodies qu’elle entend chez ses voisins. Exceptionnellement douée, elle intègre l’École normale de musique à 15 ans et reçoit un enseignement d’une rare qualité, bien meilleur qu’au Conservatoire, qui forme, selon elle, des bêtes de concours dont les doigts se raidissent avec le temps. Elle en est persuadée, si elle joue encore à son âge, c’est précisément grâce aux professeurs de l’École normale, des musiciens de renom tels qu’Alfred Cortot et Nadia Boulanger qui lui ont appris l’importance de la souplesse et l’art de l’improvisation.  
La jeune fille se rêve concertiste mais ses parents l’en dissuadent et après l’obtention d’une licence en musique, elle se dirige finalement vers une carrière d’enseignante.

104 ans de passion

Colette a vécu du piano toute sa vie, elle a donné des milliers d’heures de cours à des centaines d’élèves avec toujours la même passion… 
Chaque jour, depuis bientôt 100 ans, elle perfectionne son art et s’astreint à jouer 4 heures quotidiennement pour ne rien perdre de son habileté. Éternelle amoureuse de Debussy dont la sensibilité la bouleverse, elle lui consacre un premier album à l’âge de 93 ans, puis un second trois plus tard et un troisième à 100 ans.   
Aujourd’hui, Colette Maze vit seule, entourée de ses pianos, dans un petit immeuble du XV ème arrondissement, un dulcitone, un quart de queue Pleyel, un piano droit avec sourdine pour ne pas embêter les voisins et le fameux « crapaud », le plus petit des pianos à queue Steinway sur lequel elle a enregistré son dernier album. C’est son fils qui l’a convaincue d’immortaliser son talent en le gravant à jamais sur un disque pour laisser une trace de son passage aux générations futures. 
Colette Maze nous donne de l’espoir et nous prouve que tout est possible, même à 104 ans…